L’agriculture verte.

Une raison, parmi d’autres, d’être végétarien, ou même végétalien, est d’ordre écologique: produire de la viande demande bien plus de surface à cultiver (puisqu’il faut, en plus des pâtures, faire pousser la nourriture pour nourrir les bestiaux), et qui dit plus d’agriculture dit nécessairement plus de pollution. Mais est-ce vraiment si important?

Plusieurs chercheurs finnois (ou finnoise, jugez vous même à partir des prénoms: Helmi, Sirpa et Juha) viennent de publier dans  Progress in Industrial Ecology une étude sur l’impact des régimes alimentaires sur la production de gaz à effet de serre. D’après cette étude, qui confirme en partie ce que l’on savait déjà, 62% des gaz à effet de serre issus de l’activité agricole provient des sols cultivés, 24% venant du méthane rejeté par les bovins et les ovins, la consommation  d’énergie par les agriculteurs ainsi que la fabrication d’engrais contribuant pour 8% chacun. Avec l’agriculture dont on dispose à présent, si toute la population devenait strictement végétalienne, les émissions de gaz à effet de serre issues de l’agriculture pourraient être réduites de moitié à peu près. Toutefois, il convient de garder à l’esprit les émissions totales de gaz à effet de serre:

Image tirée de Wikipedia.

On s’aperçoit que l’agriculture n’est pas un si gros contributeur que cela en terme d’effet de serre. Avec des chiffres similaires, les auteurs de l’étude aboutissent à une réduction globale de l’ordre de 8% des émissions totales. Il faut toutefois mette en perspective ce gain par les changements énormes que nécessiterait une telle évolution au sein de la société. Les auteurs préconisent donc, plutôt qu’une révolution dans nos assiettes, de s’orienter vers une consommation plus responsable en mettant en avant des notions de développement durable (on pourrait penser à une réduction de la consommation de viande, par exemple, sans en préconiser l’arrêt définitif).

L’autre enseignement de cette étude concerne l’agriculture dite biologique. En effet, si l’Agence Française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) a publié un rapport, qui, avec certes peu de données disponibles, concluait que les produits issus de l’agriculture biologique n’étaient ni meilleurs au goût ni plus sains que les autres, l’argument écologique en faveur de cette agriculture peut être reconnu. Il se trouve que ce type d’agriculture, de par les restrictions qu’elle s’impose (sur le choix des engrais, puisque, contrairement à la croyance, les produits bios peuvent être produits à l’aide de certains engrais), a un rendement plus bas. Cela signifie une plus grande surface à cultiver, et donc plus d’émissions de gaz à effet de serre. Le côté écologique de cette agriculture est donc à relativiser, même si les bénéfices du côté de la pollution des sols et des nappes phréatiques doit être considéré.

2 Responses to L’agriculture verte.

  1. Welsh Corgi dit :

    Effectivement mec, à quantité de nourriture produite égale, il vaut mieux privilégier l’élevage intensif (avec cela dit de grosses différences en fonction des espèces élevées)…

    Il est aussi correct de dire que notre consommation de viande est trop importante pour être durable. De là à abandonner production carnée, il y a un pas qu’il ne vaut mieux pas franchir, l’élevage permettant notamment d’entretenir un certain nombre d’écosystème et de valoriser des zones peu cultivable…

  2. Martin dit :

    La question de l’impact écologique de la consommation de viande est assez passionnante. Merci pour cet article. Plusieurs remarques me semblent pertinentes :
    Lorsqu’on feuillette (je ne me permettrais pas de prétendre l’avoir lu en entier…) le document (http://www.inra.fr/content/download/19058/295197/version/1/file/GES_rapport-final.pdf) de l’inra sur l’impact de l’agriculture sur les GES, on est frappé de voir que certains animaux (porcs, volailles, équidés…)ne produise que très peu de méthane, et que ce sont donc des viandes « écologiquement propres » !
    D’autre part, (et je n’ai pas la réponse), quel serait la diminution de la production de GES si les viandes consommés en europe étaient d’origine européenne ? Je pense à l’agneau de nouvelle zélande, à la viande bovine sud-américaine…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :