On a pas de pétrole, mais on a du plastique.

On le sait depuis les doctes prévisions du Club de Rome, qui voyait le début de l’érosion des ressources en 2010, le pétrole est une ressource épuisable. Et vu son utilisation tous azimuts, il va falloir trouver des alternatives. Dans le domaine de la production d’énergie, on peut passer au nucléaire voire à l’éolien si on a la place (rappelons qu’il faut environ 5000 éoliennes pour une centrale nucléaire, tant pis pour les oiseaux). Pour les transports, des solutions émergent également. Mais il ne faut pas oublier que le pétrole est aussi utilisé dans la fabrication du plastique (en 2007, à titre d’exemple on en produisait 260 millions de tonnes).

C'est pas non plus une raison pour faire n'importe quoi

C’est de chez nos amis bataves que pourrait bien venir une solution. Un chercheur de l’autre pays du fromage vient en effet de mettre au point un procédé pour obtenir de l’éthylène, qui est l’ingrédient de base de très nombreuses matières plastiques et obtenu par distillation du pétrole, procédé qui s’affranchit de l’or noir (il existe aussi un lien dans la langue de Dave, pour ceux qui trouvent que cet article manque de i et de j). Pour cela, le chercheur s’est tourné vers une autre énergie fossile, le gaz naturel. On sait déjà fabriquer de l’éthylène à partir de gaz naturel, mais ce processus est exothermique, c’est à dire que la réaction chimique mise en jeu produit de la chaleur, et dans notre cas beaucoup de chaleur, trop même pour être utilisable de façon industrielle.

Cela étant dit, il faut savoir que le gaz naturel sert aussi à produire du gaz de synthèse, ou syngas, utilisé comme combustible ou source de méthane (moins dure à entretenir qu’une vache) . Or, la réaction qui aboutit elle au syngas est endothermique, c’est à dire qu’elle nécessite beaucoup de chaleur pour avoir lieu. Le chercheur en génie des procédés a pu tirer partie d’un nouveau catalyseur, qui permet de rendre bien plus efficaces les deux réactions, pour pouvoir combiner la création d’éthylène, qui génère de la chaleur, avec celle de syngas, qui l’absorbera.

Certes, le problème est décalé, puisque de ce fait la production de plastique est toujours dépendante d’une matière fossile, en l’occurrence le gaz naturel. Cela étant dit, les réserves de gaz étant bien plus nombreuses que celles de pétrole, nous pouvons donc grâce à ce nouveau procédé gagner un temps précieux, afin de trouver une nouvelle façon de fabriquer du plastique, ou de mettre au point d’autres matériaux ayant des propriétés équivalentes. En parallèle, bien entendu, rien n’empêche de veiller à limiter la consommation de plastiques inutiles, par exemple en luttant contre le suremballage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :