Pour vivre mieux, ne touchons pas à nos horloges.

Avec l’arrivée de la pluie et de la froidure vient tous les ans le rituel du changement d’heure. Devenu tellement automatique que l’on en oublie parfois les raisons, décaler en été l’heure officielle est avant tout une question d’économie d’énergie. Sur une idée de Benjamin Franklin, il s’agit de profiter au maximum des heures d’ensoleillement en les décalant afin qu’elles soient plus en phase avec le rythme de vie des citoyens: il est plus avantageux de ne pas avoir à éclairer les rues entre 21h et 22h qu’entre 5h et 6h. Si l’on sait que les animaux peuvent être déboussolés par ce changement dans le rythme de vie, il semblerait que les humains n’y sont pas non plus insensibles.

Au Policy Studies Institute, on va même jusqu’à proposer de modifier ce changement d’horaire. Pas pour revenir en arrière, mais au contraire, pour ne pas passer à l’heure d’hiver, et avancer encore d’une heure l’heure d’été. Dans une lettre au British Medical Journal, Mayer Hillman explique son point de vue. Selon lui, au Royaume Uni, cette mesure permettrait de faire gagner 300h d’ensoleillement par an pour les adultes, et 200 pour les enfants. Et ce temps passé au soleil a de nombreux avantages: il permet de passer plus de temps à faire du sport en plein air, et permet également aux familles de passer plus de temps ensemble. On sait également que les personnes âgées se sentent, à raison peut être, moins en sécurité dans l’obscurité, et restreignent leurs sorties l’hiver.

De plus on connait les effets du manque de lumière sur l’organisme: il peut mener à la dépression saisonnière. Les causes exactes de cette dépression n’étant pas totalement connues, on peut penser à un déficit hormonal causé par le manque de vitamine D. Certains psychologues évolutionnistes vont même jusqu’à spéculer un reste d’hibernation dans une mémoire génétique qui nous viendrait de nos ancêtres lointains, pour expliquer cette apathie hivernale. En tous les cas, cette mesure permet à la population de bénéficier de plus de lumière, et donc de la rendre un peu plus heureuse. N’est-ce pas le but de la politique?

One Response to Pour vivre mieux, ne touchons pas à nos horloges.

  1. yves Paquin dit :

    j’adore votre blog et votre façon de raconter tout ça. Bravo bonne continuation.
    Les plus gros animaux du monde!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :