Heureux comme Dieu en France.

Appartenir à une religion rend heureux. Au delà du cliché du croyant béat, cette affirmation a été explorée par plusieurs études (ici ou) qui ont trouvé un fond de vérité au lien entre croyance religieuse et autosatisfaction. La question en suspens, c’est l' »ingrédient secret », la facette (ou les facettes) de la pratique religieuse qui augmente la sensation de satisfaction. On pourrait penser par exemple que la spiritualité joue un grand rôle, dans un sentiment d’harmonie avec soi-même et avec le monde réconfortant. Ou encore imaginer que la présence d’un Dieu protecteur est rassurante. Ou que le bon goût de l’hostie illumine la fin de semaine.

Pour dénicher l’élément en question, on peut se pencher sur les données d’une grande étude nommée Faith Matters, et qui détaille le comportement de 5879 personnes principalement issues des trois grandes branches chrétiennes. C’est ce qu’on fait deux chercheurs de l’université d’Harvard, qui livrent leur pensée sur les liens entre religion et satisfaction dans la revue American Sociological Review. Leur approche consiste à appréhender la pratique religieuse comme la source d’un réseau social, duquel va découler un certain réconfort.

Ainsi, on se rend compte que si 33% des gens qui vont à l’église toutes les semaines et qui ont entre trois et cinq amis proches qui partagent la même foi se disent extrêmement satisfaits de leur vie, ce pourcentage chute à 19% quand les dévots n’ont de lien avec aucun autre adepte de leur culte (ce qui les met au même niveau que ceux qui ne vont jamais à l’église). En revanche, ceux qui ont des amis dans la même communauté religieuse mais ne se rendent au culte que quelque fois par an sont 23% à afficher ce niveau de satisfaction.

Le point déterminant semble donc être le lien qui rattache les membres de la congrégation : les chercheurs expliquent en effet que c’est par ce biais que la religion peut accomplir un de ces buts, c’est à dire bâtir une communauté sur un socle moral commun (ce que les chrétiens nomment Église, les musulmans Oumma). La réalité de cette communauté n’est tangible pour un croyant que s’il noue des liens avec d’autres croyants, ce qui le conforte alors dans un sentiment d’appartenance. C’est ce sentiment d’appartenance qui donnerait satisfaction, et que l’on pourrait rapprocher d’autres communautés, par exemple sportives : à partir d’un moment, le sport ne devient plus qu’une excuse pour voir des amis.

2 Responses to Heureux comme Dieu en France.

  1. DavidL dit :

    Il y a aussi ce papier très intéressant

    D. Kahneman et A. Deaton, High income improves evaluation of life but not emotional well-being, PNAS doi: 10.1073/pnas.1011492107

    qui liste l’impact de différents facteurs sur le « bonheur immédiat » et la « satisfaction dans la vie ».

    On voit dans le tableau 1 que le fait d’être « religieux » impacte très significativement le bonheur immédiat (ce qui est compatible avec l’argument du réseau social religieux) et significativement moins la satisfaction dans la vie.

    Sinon le papier est très intéressant principalement sur le rôle de l’argent sur le bonheur (j’en ai dit un mot ici )

  2. Rach dit :

    Je me permets d’apporter mon grain de sel à cet article. Ne trouvez-vous pas que le bonheur du croyant, défini comme étant appartenance à une communauté, est un peu restreint? Quid alors des personnes qui pratiquent leur religion de manière isolée? L’appartenance à une communauté se traduit-elle par un sentiment d’appartenance à un groupe, par une impression de sécurité, par la conviction d’être dans le vrai, d’être entouré..? Loin de moi l’idée de me faire la porte-parole de la religion, chacun ses choix et ses fois. Mais positionnons-nous un instant en tant que croyant convaincu. Le bonheur d’être croyant ne vient-il pas aussi du fait que la religion apporte:
    – une manière de vivre,
    – un cadre dans lequel on se sent suffisamment bien pour évoluer,
    – une facilité à répondre à des questions existentielles par ailleurs déprimantes
    – une aide à la prise de décision
    – une discipline?
    Mon point de vue est donc que les croyants sont peut être proportionnellement plus heureux parce que leurs croyances les poussent à vouloir vivre de la meilleure façon possible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :