Du nouveau pour lutter contre les feux de forêts.

Le Montana, ses étendues sauvages et ses barbecues...

Tous les ans, quand vient l’été, reviennent à la une les feux de forêt. Dans le sud de la France, mais aussi partout en Europe, en Russie ou en Californie. Bien entendu, de grands efforts de prévention sont déployés pour éviter leurs départs, mais une fois que le mal est fait, il faut lutter contre les flammes. Mais pour cela, il faut pouvoir localiser les sources de feu, à la fois pour contenir plus efficacement les incendies mais aussi pour être certain de tout éteindre. Pour cela, on utilise en général des techniques d’imagerie, avec des appareils embarqués dans des avions ou hélicoptères pour une meilleure vue.

La technique de visualisation qui vient tout de suite à l’esprit, c’est l’utilisation de caméras infrarouge. Le rayonnement infrarouge émis par un objet est en effet directement associé à sa température via la loi de Planck. En théorie donc, on pourra utiliser ce rayonnement pour trouver les endroits où la température est élevée, avec une bonne résolution et relativement facilement. Mais voilà, en pratique, les choses se compliquent : les rayonnements infrarouges sont alors fortement affaiblis par la fumée et par les particules qui envahissent l’air autour des incendies. Les caméras infrarouges montrent alors leurs limites.

Les chercheurs de l’Institut Fraunhofer publient sur le site internet de l’institution une nouvelle solution pour trouver les sources d’incendies. Leurs capteurs sont basés sur les micro-ondes, en détectant des signaux dont la fréquence se situe entre 8 et 40 GHz. On se rend ainsi compte qu’à 22 GHz, la fumée et les particules résiduelles sont quasiment transparentes, ce qui permet alors de localiser les points les plus chauds dans des conditions bien plus difficiles. Le détecteur permet aussi de découvrir les feux qui se propagent sous la couche superficielle de terre, et qui sont difficiles à identifier pour les pompiers.

La résolution du capteur dépend elle de la taille de l’antenne utilisée. Les chercheurs donnent ainsi l’exemple d’une antenne de 20 cm, pour une fréquence de 22 GHz et située à 30 mètres du sol : on obtient alors une grille dont les unités de base font 2.6 mètres de côté. Cela reste pour le moment moins bien que la technologie infrarouge, mais l’utilisation d’antennes plus grandes, ou éventuellement de plusieurs antennes en réseau, peut permettre d’augmenter cette résolution.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :