Ca me fait une belle jambe.

Nous vivons dans un monde dangereux, avec ses guerres présentes et passées (les mines anti-personnelles des affrontements précédents continuent de faire des ravages, malgré l’investissement de volontaires qui travaillent d’arrache-pied). Heureusement, nos connaissances médicales nous permettent de nous rattraper un peu, et des progrès se font tous les jours dans le domaine des prothèses. Cela peut ressembler à un pansement sur une jambe de bois, mais chaque amélioration contribue potentiellement à améliorer le quotidien de milliers de personnes. Celle qui nous intéresse aujourd’hui vise à rendre les membres artificiels plus résistants aux infections.

En effet, le corps humain a une protection naturelle contre les infections et les corps étrangers, la peau. Mais lorsqu’un membre est amputé, et une prothèse posée, il y a une rupture de cette barrière, et donc une porte-ouverte aux infections plus grande que les cuisines d’un kebab de province. Il faut donc créer un moyen de recréer cette barrière, ou se contenter de désinfecter très régulièrement, ce qui peut devenir vite  fastidieux, et pas toujours efficace.

Une solution se dessine dans Journal of Biomedical Materials Research A sous la plume de chercheurs de l’université de Brown. L’idée est simple : reproduire la barrière naturelle de notre corps. Pour cela, il s’agit de texturer l’embout de la prothèse, qui sert de liaison entre l’organique et le moins organique. En appliquant une texture accueillante sur le titane dont est fait le membre artificiel, on peut y faire croître des kératinocytes, des cellules de base de la peau. En substance, on cherche à faire repousser de la peau sur la prothèse afin de le protéger.

Pour cela, deux solutions semblent se dessiner. Tout d’abord, il est possible de soumettre le titane à un bombardement d’électrons. Ainsi, on crée une surface rugueuse à petite échelle, avec une succession de collines et de vallons d’une taille d’à peu près 20 nanomètres. Et les cellules de la peau aiment se nicher dans ses reliefs, et colonisent donc la prothèse plus facilement.

On peut aussi utiliser une processus d’anodisation. Il s’agit dans ce cas de plonger le titane dans un bain d’acide fluorhydrique, comme le premier mafieux venu, et d’y appliquer un fort courant électrique. Ainsi, on va former à la surface de titane des structures tubulaires, qui vont là encore attirer les kératinocytes. Les effets se font rapidement apercevoir, et on arrive ainsi à une couche de peau imperméable.

Enfin, outre ces méthodes d’altération physique, on peut aussi s’aider de facteurs biologiques. Ainsi, en greffant des protéines FGF-2 au titane (via des molécules-relais, pour éviter la désactivation des protéines par le titane), on obtient une densité de peau encore plus grande. Toujours pratique, quand on veut casser trois pattes à un canard.

Publicités

3 Responses to Ca me fait une belle jambe.

  1. Saxifrage Clayborne says:

    Bonjour,

    Il y a plusieurs choses que je ne comprends pas dans votre article, la première étant celle-ci : s’agit-il de prothèses amovibles ou non ? Autant je comprends qu’une prothèse « greffée » puisse entrainer des infections, et que celles-ci puissent être combattues en faisant pousser de la peau sur la prothèse, autant je ne comprends pas en quoi cela est possible et pertinent sur une prothèse amovible ?

  2. G. Berteloot says:

    Le problème d’une prothèse amovible, c’est qu’il faut bien trouver un moyen de la fixer. Si la fixation est externe, alors effectivement, il n’y a pas le problème de l’infection, mais en contrepartie c’est moins pratique.

  3. H says:

    Tu peux expliquer cette histoire de molécules relais et de « désactivation des protéines » par le titane ?!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :