Les sourciers, vous y mettriez la main au feu?

La croyance dans les pouvoirs des sourciers est assez répandue, notamment en France, où l’on ne manque pas d’eau. Bien sur, cette croyance est contestée, voire plus, par certains, mais les expériences du Pr. Henri Broch, montrant l’inefficacité d’un sourcier (ce qui ne veut bien entendu pas dire qu’aucun sourcier n’a de pouvoirs, juste qu’aucun n’a démontré en avoir) n’ont pas vraiment fait grand bruit dans les médias. On peut se dire qu’au pire, cette croyance est relativement inoffensive, et ne cause au pire que quelques trous dans des jardins.

Hélas, les irakiens ont fait l’amère expérience du contraire. Leurs forces de sécurité ont, comme le révélait il y a quelques temps un article du New York Times, acheté pour des millions de dollars de détecteurs basés sur le même principe, dont vous pouvez avoir une petite idée de la description sur le site du constructeur.

Détecte les explosifs, les sources d'eau chaude et les pensées impures.

Bien entendu, comme pour tous les cas de ce genre, le principal artisan de cet achat, le Général Major Al Jabiri, a tout fait (consciemment ou inconsciemment, je n’accuse pas là ce militaire d’avoir sciemment menti) pour se justifier, soulignant les succès de l’appareil tout en attribuant ses nombreux échecs au personnel qui l’utilisait. Et peu importe si les experts américains pensent eux que l’instrument ne sert strictement à rien.

Heureusement, tout est presque bien qui finit presque bien, si l’on oublie vite les terroristes qui ont pu se faufiler avec des explosifs au nez et à la barbe des forces de sécurité (après tout, peut être la machine n’était pas assez sensible pour repérer les deux tonnes d’explosifs qui ont tué 155 personnes à Bagdad le 25 Octobre). Cela ne ramènera pas les victimes, mais en tout cas, comme nous l’apprend le TimesOnline, le directeur de la compagnie ATSC qui fabriquait ces détecteurs, Jim McCormick, vient d’être arrêté, et un enquête pour « fraud by misrepresentation » lancée contre lui et sa compagnie. En espérant que la leçon sera retenue.