Commençons par un appel au suicide…

Un suicide collectif organisé en direct, sans que personne ne s’en soucie?

C’est bien ce que compte faire l’organisation 1023, pour sensibiliser l’opinion et lutter un peu plus contre la pseudo-science.

Le but est un peu plus précis dans ce cas: lutter contre la croyance en l’homéopathie.

Rappelons en quelques mots ce qu’est l’homéopathie: il s’agit de la croyance selon laquelle un produit, dilué à de très faibles doses (en moyenne, une ou quelques molécules par gélule, voire moins), et « énergisé », peut avoir une action bénéfique sur l’organisme.

La science, elle, reste incrédule, et même plus: d’après une étude conduite à Berne et publiée dans le prestigieux Lancet, lisible ici pour ceux qui ont un accès direct aux publications , les effets de l’homéopathie sont très faibles, et comparables à ceux d’un placebo. En d’autres termes, ce qui semble soigner lorsque l’on prend un « médicament homéopathique », c’est la foi que l’on place en ce médicament (foi qui joue également un rôle dans l’efficacité de la médecine scientifique, mais plus limité).

L’organisation 1023, donc, appelle à un suicide collectif homéopathique: à 10h23, le 30 Janvier, tous les sceptiques anglais sont invités à avaler une large dose de remède homéopathique vendu dans les pharmacie du groupe Boots, afin de démontrer à ses dirigeants l’inefficacité et l’innocuité des produits.

Espérons qu’un jour la même démarche sera lancée en France, où 80% des remèdes homéopathiques sont vendus.